MN 011
soudure du socle.JPG
ciment d'orfèvre.jpg
les enclumes sur mesure.jpg

Techniques de création

La recherche plastique se confronte à un médium rare et exigeant, la dinanderie. Mais ce sont parfois trois techniques qui se complètent :

La dinanderie a été utilisée par nombre de civilisations sur presque tous les continents. Ce savoir-faire est aujourd'hui en voie de disparition en Europe. Il se résume à la production d’objets artisanaux par martelage (rétreinte) de feuilles de métal. MAIS ici, il ne s'agit pas d'objets artisanaux.

 

La ciselure, c'est la méthode empruntée à l’orfèvrerie d'art qui permet de travailler le métal plus finement qu'en rétreinte.

La galvanoplastie, avec un métal d'apport à l'échelle moléculaire, c'est la méthode d'électrolyse utilisée en bijouterie qui donne la finition lisse et précieuse aux différents objets produits.

Vous aimez les chiffres ? En voici.

Le cuivre est utilisé depuis 7000 ans. Le ciment d'orfèvre dans sa composition actuelle est utilisé depuis 4000 ans. 

5000 à 40 000 : c'est à peu près le nombre de coups de marteaux qui sont nécessaires pour obtenir une des sculptures signées, selon leur taille et la complexité de leurs formes. 

14 000 degrés : c'est la température du gaz projeté, qui permet de découper les plaques de cuivre au début du processus de fabrication.

1500 degrés : c'est la température de fusion de l'acier qui intervient à la fin du processus de fabrication.

1000 et 900 degrés : sont les températures nécessaires pour recuire le cuivre et le laiton et retrouver, autant de fois que nécessaire, une forme de malléabilité du matériaux qui se raidit assez vite sous l'effet du marteau.

700 et 200 degrés : sont les températures de fusion de l'argent et de l'étain, métaux d'apport, qui permettent de solidariser des éléments invisibles. 

80 degrés : c'est la température à la quelle le ciment d'orfèvre devient parfaitement liquide et épouse la pièce qui doit être ciselée après son refroidissement.

30 degrés : c'est la température du bain électrolytique dans lequel la pièce reçoit les atomes métalliques qui vont parachever la sculpture.

 

zoom%2000_edited.jpg
P1080982.JPG
pièce recuite.JPG
P1090101.JPG
MN 010 avant assemblage final
bassin chrome3.JPG

Pièce de 64 centimètres

avant assemblage sur son socle

Finition or 24 carats, par électrolyse

Bain électrolytique 

Chauffe à 1000 degrés

Ciment d'orfèvre pour la ciselure

Outils forgés pour la rétreinte

14 000 degrés